5 techniques pour gérer le stress à la rentrée

07 août 2019 COLLECTION POUR LES NULS

Avec la rentrée ce n’est pas uniquement le retour à l’école ou au travail, mais c’est aussi le retour des soucis et du stress ! Si vous vous faites du souci de manière excessive, il y a de fortes chances pour que votre raisonnement et votre pensée aillent de travers, ce qui veut dire que vous devez commettre plus d’une erreur de pensée. On vous partage cinq de nos techniques pour les déjouer.

 

1.    Prendre note de vos soucis

Vous seriez surpris de voir à quel point, en passant quelques instants à noter vos soucis par écrit, vous pouvez en diminuer leur pouvoir. Des recherches ont révélé dans le Journal of the American Medical Association que d’écrire sur des expériences stressantes et préoccupantes peut réduire les symptômes liés au stress. En mettant vos soucis par écrit, vous commencez à sentir que vous les maîtrisez mieux. La plupart du temps vous vous faites du souci de façon vague. Parfois, vous ne savez même pas exactement ce qui vous inquiète. En couchant vos préoccupations sur le papier, vous les traitez plus directement. Au lieu que vos soucis flottent autour de vous, ils sont là sous forme concrète, enregistrés à tout jamais. Vous n’avez pas besoin d’en écrire des volumes entiers. Dans l’étude citée du Journal of American Medical Association, les patients ont pris des notes seulement vingt minutes par jour trois jours de suite et la moitié d’entre eux en ont retiré des effets positifs qui semblent avoir duré des mois.

 

2.    Programmer vos soucis

Lorsque vous avez un souci majeur, vous vous apercevez très vite que ce souci peut être très prenant et insistant. Aussi étrange que cela puisse être, une façon de le combattre est de lui consacrer un moment particulier, ce qui revient à prévoir un temps pour vos soucis dans la journée. Appelez cela votre « temps pour les soucis ». Et chaque fois que vous sentez que vos soucis envahissent votre esprit, rappelez-vous qu’il n’en est pas encore temps et qu’ils devront attendre. Inscrivez ce(s) souci(s) dans l’agenda ou le carnet que vous utilisez pour vos autres rendez-vous. Fixez-vous un moment pour vos soucis. Commencez par vingt minutes, que vous trouverez au moment de la pause-café, juste après le déjeuner ou durant votre trajet de retour du travail. Si vingt minutes vous semblent trop, diminuez de cinq minutes jusqu’à ce que vous trouviez votre « temps pour les soucis » optimum.
Cette démarche a un réel intérêt : elle vous donne le sentiment que vous avez traité le souci. Vous serez en mesure de vous soucier de ce qui vous préoccupe, mais seulement à certains moments précis. Elle vous permet aussi de vous sentir plus à l’aise de ne pas penser à vos tracas (ou du moins de moins y penser) le reste de la journée. Pour pratiquer cette façon de contrôler vos soucis à des moments programmés et de manière concentrée, commencez par un petit souci pour passer graduellement à vos préoccupations plus importantes. Choisissez dans votre liste un souci qui soit relativement facile à gérer et non pas accablant. Puis, vous pourrez progresser jusqu’à vous attaquer à vos tracas majeurs.

 

 

3.    Faire de l’exercice

Plus vous êtes stressé et préoccupé par votre travail, plus la pratique d’un sport vous sera bénéfique. Essayez de vous faire du souci, la prochaine fois que vous ferez du jogging, de l’aviron, de la natation, des haltères, du golf ou du tennis ou n’importe quel autre exercice ou sport. Ce n’est pas facile. Au bout d’environ dix minutes de vélo d’appartement ou de jogger au club, je trouve très difficile de me concentrer sur quoi que ce soit. Cet effet positif vient partiellement de la relaxation physique qui souvent suit l’épuisement physique. Votre corps étant plus détendu, votre esprit ralentit. Il se peut également que votre corps sécrète des endorphines, ces hormones connues pour leurs effets sur la réduction du stress. Vous maîtrisez vos soucis indésirables, et y trouvez un autre avantage : vous pouvez garder la forme en même temps.

 

 

4.    En parler

Nous nous sentons mieux et nous nous faisons moins de souci lorsque nous avons l’occasion de parler des choses qui nous perturbent. Pouvoir exprimer ses tracas permet de prendre plus de recul et ainsi d’éprouver un plus grand sentiment de maîtrise et d’espoir. Vous avez besoin, bien sûr, de quelqu’un à qui confier vos soucis. Ce peut être un membre de votre famille, un ami ou simplement un collègue compréhensif et compatissant.

 

 

5.    Détendre votre corps et calmer votre esprit

Lorsque vous êtes détendu, vous trouvez probablement qu’il est plus difficile de vous faire du souci. Lorsque votre corps est détendu, votre esprit se calme également. Pourquoi ne pas en profiter pour vous aider à maîtriser vos soucis ? La prochaine fois que vous remarquerez que vous vous faites du souci, utilisez des techniques de relaxation. Essayez de respirer profondément, de faire de la relaxation musculaire progressive et de vous adonner à différentes formes de méditation. Plus vous serez détendu, moins vous aurez tendance à vous faire du souci.

 

Gérer son stress pour les Nuls Business

On estime à plusieurs millions le nombre de personnes touchées par le stress dans leur milieu profes...

Les livres

Découvrez également